La science ouverte, qu’est-ce que c’est?

La science ouverte, un nouveau concept , un nouveau mouvement

  1. Historique

Avant le 17ème siècle, la science était en général qualifiée de « secrète ». La circulation de nouvelles scientifiques était limitée à un cercle restreint de connaissances. De plus, les chercheurs cryptaient souvent les résultats de leur recherche afin d’éviter leur publication.

Toutefois, un changement va s’opérer vers le milieu du 17ème siècle avec la venue de nouveaux modèles de financement des recherches scientifiques. C’est à cette période que naissent les premières académies : la Royal Society en 1660, l’Académie des sciences en 1666 ; on compte alors plus de 70 institutions similaires dans toute l’Europe en 1793. L’apparition des académies entraîne celle des revues scientifiques et en compte plus d’un millier en 1790.

  1. La science ouverte, qu’est-ce que c’est ?

On désigne par science ouverte un ensemble de pratiques fondées sur le recours à internet, aux outils de travail collaboratif (Wikipédia, Wikiversité, Wikispecies) et du web social. Ces outils peuvent être utilisés dans la formulation d’hypothèses et de questions scientifiques et la diffusion/vulgarisation des recherches.

Cette science ouverte se caractérise par plusieurs aspects :

  • C’est une science qui s’ouvre aux savoirs non scientifiques (traditionnels, locaux, politiques, quotidiens, etc.) et qui les intègre au lieu de les mépriser ou de les ignorer : archivage des savoirs locaux, recherche-action participative, études sociales des sciences, rapports science-société, responsabilité sociale des universités, débat public sur les sciences, épistémologie sociale et politique, etc.
  • Elle s’ouvre à la contribution des non-scientifiques à la recherche, que ce soit dans la collecte des données ou la définition du projet de recherche, par souci du bien commun : science citoyenne, recherche-action participative, boutique de sciences, information volontaire, digital citizen science, fablabs, living labs, biohack labs, etc.
  • Une science qui donne universellement accès à ses textes et à ses données de recherche, dans tous les pays du monde et sans barrière financière, et qui va même jusqu’à favoriser leur réutilisation au service du bien commun : Libre accès, revue en accès libre, dépôt institutionnel, plateforme numérique, partage et réutilisation des données de recherche, big data, évaluation ouverte, publication scientifique, bibliothèque numérique, etc.
  • La science ouverte rejette la tour d’ivoire et la séparation entre les chercheurs, les chercheuses et le reste de la population du pays : critique du cadre normatif dominant de la science, politique scientifique, finalité de la recherche scientifique, économie du savoir, métiers de la recherche, financement de la recherche, etc.
  • Elle qui vise la justice cognitive et le respect de tous les savoirs humains, qu’ils viennent des pays du Sud ou des pays du Nord : études culturelles, études postcoloniales, exode des cerveaux, universités des pays du Sud, théories de la reconnaissance, théories du pouvoir, mondialisation, etc.
  • Enfin, la science ouverte est un bien commun : théorie des biens communs, éthique, citoyenneté, société civile, éducation, etc.
  1. Avantages et intérêts

  • La science ouverte favorise le travail collaboratif, participatif et massivement distribué.
  • Elle facilite et encourage la transparence, la traçabilité (l’obligation de citer la source fait partie de la plupart des licences utilisées en sciences ouvertes et c’est l’un des gages de confiance). Elle permet donc une vérification plus rapide et potentiellement plus large par les pairs.
  • De nombreuses disciplines peuvent bénéficier d’outils collaboratifs et ouverts (dont de nombreux logiciels libres), et en retour les améliorer ou les compléter. Souvent une discipline isolée peut aussi profiter d’outils et de connaissances mis à disposition par d’autres disciplines.
  • Les étudiants peuvent rendre accessibles à peu de frais les textes requis pour leur programme d’études (devoirs, mémoires, rapports, essais, thèses…).
  • Les outils de la science ouverte pourraient favoriser l’intégration des savoirs autochtones et locaux ou de certaines minorités (à condition que ces populations aient accès à ces outils).
  • La science ouverte peut bouleverser les exercices de construction d’hypothèses (en les discutant dans un cercle plus large, en bénéficiant de plus de retours d’expérience).  Elle influence également les processus d’évaluation de la recherche.

Le mouvement de l’Open est donc un moyen efficace pour remédier aux différents problèmes et difficultés avec la science dans son cadre normatif.

 


2 thoughts on “La science ouverte, qu’est-ce que c’est?

  1. Kevin Répondre

    J’ai bien en face de moi un sujet de grand intérêt.
    J’espère en retour que c’est concret surtout dans notre contexte panafricain.

    1. JustinAhinon Répondre

      Merci pour le commentaire Mr Kévin. Et oui, nous œuvrons de notre mieux pour rendre l’initiative la plus concrète possible.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *